Actualités :

lois, jurisprudence

Prestation compensatoire : comment calculer son montant ?

Rz_7

 

Si vous n’avez pas opté pour un divorce par consentement mutuel, et en cas de désaccord des parties, c’est le juge qui fixera le montant de la prestation compensatoire.

Dès lors, il est primordial d’être bien conseillé et ce dès le début de la procédure de divorce, et même si vous optez pour une procédure de divorce par consentement mutuel, afin de mettre toutes les chances de votre côté pour obtenir la meilleure issue à votre séparation.

D’abord, vous devez connaître les critères pris en compte pour le calcul du montant de l’indemnité.

L’article 271 du code civil énumère une liste de critères dont certains sont financiers (donc objectifs), et d’autres sont attachés à la personne (beaucoup plus subjectifs donc…). Parmi eux, on connaît :

– la durée du mariage

– l’âge et l’état de santé des époux

– leur qualification et leur situation professionnelles

– les conséquences des choix professionnels faits par l’un des époux pendant la vie commune pour l’éducation des enfants et du temps qu’il faudra encore y consacrer ou pour favoriser la carrière de son conjoint au détriment de la sienne

– le patrimoine estimé ou prévisible des époux, tant en capital qu’en revenu, après la liquidation du régime matrimonial,

– leurs droits existants et prévisibles,

– leur situation respective en matière de pensions de retraite en ayant estimé, autant qu’il est possible, la diminution des droits à la retraite qui aura pu être causée, pour l’époux créancier de la prestation compensatoire en raison de choix professionnels par exemple

Une fois ces critères à l’esprit, vous allez vous intéresser à la méthode de calcul afin d’avoir une idée du montant que vous pourriez être amené à verser ou à recevoir :

Il existe plusieurs méthodes de calcul mises au points par différents professionnels du droit (magistrats, professeurs, notaires…). Parmi les plus utilisées, les juridictions de ROUEN et du HAVRE s’appuient, selon les cas, sur les suivantes :

1ère méthode : 1/3 de la différence de revenus annuels par 1/2 de la durée du mariage :

Revenus de Monsieur : 30.000 €

Revenus de Madame : 18.000 €

Différence de revenus avant impôts : 12.000 €

1/3 de la différence des revenus : 4.000 €

Durée du mariage : 22 ans

1/2 de la durée du mariage : 11 ans

1/3 de la différence de 1/2 de la durée du mariage : 44.000 €

La prestation compensatoire sera de 44.000 €

(Cette méthode peut s’appliquer avant ou après impôts)

2ème méthode : méthode de Monsieur MARTIN SAINT LEON, Conseiller à la Cour d’Appel de Chambéry, Magistrat délégué à la formation

1 – Détermination d’une unité de mesure mensuelle de la disparité :

a – Déterminer les conditions de vie des époux

Revenus mensuels de Monsieur : 2.500 €

Revenus mensuels de Madame : 1.300 €

b – Mesurer l’écart entre les valeurs obtenues

Différence de revenus mensuels : 1.200 €

c – Unité de mesure = la moitié du différentiel de telle façon qu’en l’octroyant à la partie la moins favorisée, la partie absolue est obtenue :

Madame : 1.300 + 600 = 1.900 €

Monsieur : 2.500 – 600 = 1.900 €

2 – Utilisation de cette unité de mesure au moyen d’un barème :

Table 1 : âge du créancier :

16 à 30 ans = 1                                    41 à 45 ans = 4                                         56 à 60 ans = 7

31 à 35 ans = 2                                   46 à 50 ans = 5                                          61 à 65 ans = 8

36 à 40 ans = 3                                   51 à 55 ans = 6

Table 2 : durée du mariage

0 à 4 ans = 3                                       25 à 29 ans = 18                                       50 à 54 ans = 33

5 à 9 ans = 6                                       30 à 34 ans = 21                                       55 à 59 ans = 36

10 à 14 ans = 9                                   35 à 39 ans = 24                                       60 à 64 ans = 39

15 à 19 ans = 12                                 40 à 44 ans = 27                                       65 à 69 ans = 42

20 à 24 ans = 15                                45 à 49 ans = 30                                       70 à 74 ans = 45

Il est proposé une échelle selon laquelle chaque point équivaut à 3 mois de compensation

Exemple :

Madame a 32 ans = 2 points

8 ans de mariage = 6 points

6 points + 2 points = 8 points x 3 (mois) = 24 x 600 (unités de compensation) = 14.400 €

La prestation compensatoire sera de 14.400 €

3ème méthode : 20% de la différence annuelle des revenus des époux multiplié par 8

Exemple :

Revenus de Monsieur : 30.000 €

Revenus de Madame : 18.000 €

Différence de revenus bruts : 12.000 €

20% de la différence : 2.400 €

8 x 2.400 = 19.200 €

 

Reste que, nous avons constaté que bien souvent les juges utilisent une méthode plus simple, savoir :

Montant de la pension alimentaire * x 12 x 8

Exemple :

Au stade de l’Ordonnance de non-conciliation, une pension alimentaire est accordée à Madame à hauteur de 400 € par mois, au titre du devoir de secours entre époux.

400 x 12 x 8 =  38.400 €

La prestation sera de 38.400 €

Vous constatez que selon la méthode utilisée, les montants peuvent varier. C’est la raison pour laquelle il est fortement recommandé de prendre contact avec un avocat dès le début de la procédure de divorce afin d’être parfaitement conseillé et éclairé sur les conséquences prévisibles de la dissolution de votre mariage.

Contactez : Maître Olivia MALBESIN

Tags: , , , ,

Leave a Comment

PM Avocats @ 2015 | Mentions légales | Site géré par Impakt Rouen |